Comment reconnaître l’or, l’argent et le platine

Comment reconnaître l’or, l’argent et le platine
12 / 100 SEO Score

Apprendre à distinguer les métaux précieux dans sa boîte à bijoux

 

Nous possédons tous des bagues et autres bijoux. Sans être expert, on peut reconnaître les métaux précieux grâce aux poinçons décrits dans ce petit guide.

 

Qui n’a jamais ouvert une boîte à bijoux en se posant des questions sur la bague de fiançailles de la grand-mère, la médaille de son baptème, ou la chevalière de son père ? Métaux précieux massifs, plaquages ou simples fantaisies ? Bien sûr, les bijoutiers ou les spécialistes du rachat d’or peuvent vous renseigner mais il est toujours intéressant de savoir reconnaître par vos propres moyens la qualité de vos bijoux.

Trouver les poinçons

L’emplacement des poinçons est extrêmement codifié en fonction de chaque type de bijou. Ils ne sont pas placés au hasard.

Les bagues, anneaux, chevalières : Les poinçons de titre et de maître se situent toujours à l’extérieur de l’anneau, côté intérieur de la main. Ces poinçons sont frappés, non moulés. Si vous trouvez « 750 » à l’intérieur de l’anneau, cette marque a été obtenue par moulage, il s’agit d’un faux « poinçon » de titre, donc la bague n’est pas en or.

Les bracelets, chaînes, gourmettes, colliers : Les poinçons doivent se trouver aux deux extrémités d’une chaîne sur des mailles soudées ou sur les deux éléments d’un fermoir. En règle générale, chaque pièce mobile doit être poinçonnée individuellement. Les mailles d’une chaîne sont garanties par les poinçons aux extrémités si elles sont fermées par soudure.



Les médailles et pendentifs : Il faut distinguer trois parties : L’anneau, la bélière et le corps de la médaille ou du pendentif. La bélière est toujours solidaire de la médaille, elle porte les poinçons. L’anneau, qui sert à passer la chaine, doit être fermé et peut aussi porter un poinçon.

Les montres de poche, les montres de col : Ces montres anciennes sont construites de nombreuses pièces qui, si elles sont en or, doivent chacune porter un poinçon de titre. Anneau (sert à accrocher la chaîne), bélière (avec ou non un remontoir), cuvette (premier couvercle au dos de la montre), cache-poussières (deuxième couvercle, attention quelques fois en cuivre), carrure, lunette (cerclage du verre) et, dans certains cas, cache-lunette (couvercle qui protège le verre, montre dite « savonnette »).

Les montres bracelet : Les poinçons se trouvent à l’extérieur ou à l’intérieur du fond ainsi que sur la carrure (sur le coté ou entre les anses).

Les poinçons les plus courants

Maintenant que vous savez à quel endroit chercher, munissez-vous d’une bonne loupe et reconnaissez les poinçons suivants :

Or blanc, jaune ou rose : Une tête d’aigle ou une tête de cheval (plus ancien) indiquent un titre de 750/1000 soit 18k, titre légal français. Cet or est dit « massif ». On trouve aussi « 750 » ou « 0.750 », surtout sur les montres. Un autre chiffre, comme « 585 », indique de l’or 14k de provenance étrangère. Le poinçon de maître est frappé dans un losange et porte souvent les initiales du joailler. Un « hibou » ou une « chouette » signifie que l’objet a été contrôlé, d’occasion ou d’importation, au titre légal français.

Plaqué or : Le plaqué or de qualité est poinçonné, contrairement au métal doré. Le poinçon du plaqué est toujours carré, en creux, avec une marque de fabricant. L’épaisseur du plaquage est parfois mentionné en microns. 5 microns pour une petite qualité, 10, 20 microns pour la belle qualité du plaquage des briquets Dupont par exemple, 40 microns pour certaines montres bracelet. On trouve parfois un « G » ou « GALV » pour galvanique (procédé de plaquage par galvanisation).

Plaqué argent ou métal argenté : Poinçon carré idem

Platine : Ne pas confondre avec l’or blanc ou gris, le platine est un métal à part entière, différent de l’or. Son poinçon le plus courant est la tête de chien.

Argent : Les poinçons d’argent sont nombreux et dépendent de l’époque mais aussi du poids de l’ouvrage. Pour simplifier, les plus courants sont les suivants :

Un crabe : petite bijouterie, montres gousset.

Une tête de sanglier : Bijoux anciens, montres anciennes. Attention, ce poinçon peut etre confondu, s’il est usé, avec une tête d’aigle (or).

Un cygne : Poinçon de contrôle de l’argent étranger d’importation, souvent présent sur les montres suisses.

Une tête de Minerve : Ouvrages français plus lourds comme les couverts, poudriers, briquets, etc …

Vermeil : Le vermeil n’est pas un métal mais une superposition de métaux. Sa base est en argent massif recouvert d’or. Sur les montres anciennes on trouve une tête d’aigle entourée en creux avec « OR/ARGENT » ou bien un double poinçonnage tête d’aigle/sanglier ou crabe quand les deux métaux sont à proportions égales (50% d’or). Les bijoux en vermeil portent souvent le poinçon de l’argent.

Poinçons absents et or dentaire

Les bijoux anciens sont parfois usés ou cassés, les poinçons ont disparu. Dans ce cas, consultez un bijoutier ou équipez-vous d’une pierre de touche et des produits réactifs. Un guide sera édité afin d’utiliser ces produits correctement.

L’or dentaire pose plus de problèmes car, contrairement à la légende, les bridges et autres couronnes, ne sont pas en or pur mais composés de différents métaux dont le palladium. Le dosage et le titre de l’or dans la composition de l’alliage ne pourront être déterminés que par une analyse réalisée par un professionnel.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *