Qu’est ce que l’anorexie mentale

Qu'est ce que l'anorexie mentale
Qu’est ce que l’anorexie mentale

90% des anorexiques sont des femmes. Du grec orexis, appétit, perte de l’appétit avec altération de l’état général. Refus de s’alimenter qui peut aller jusqu’à la mort.

S’alimenter est un calvaire
Chez l’anorexique, la période de jeûne est vécue comme un bien être et la phase alimentaire comme un cauchemar, la logique est inversée.

S’imposer un régime draconien
Les choix alimentaires sont restreints et les quantités considérablement diminuées ; les sucres, graisses et féculents sont retirés de l’alimentation.

Contrôler son poids
Tous les moyens sont bons pour éliminer et maigrir (laxatifs, diurétiques, vomissements et coupe faim). La personne se voit trop grosse dans le miroir alors qu’en réalité elle est très maigre.

Causes

anorexie de sevrage
L’intrus dans la relation entre la mère et l’enfant est l’aliment; l’angoisse est alors déplacée sur celui-ci et le nourrisson refuse de s’alimenter.

Anorexie de l’adolescence
Au moment de l’adolescence et de la puberté, lorsque le corps change et que les pulsions sexuelles surviennent, l’anorexique vit cette situation comme un véritable traumatisme. Elle nie l’image de son corps et de sa féminité. C’est une cérébrale qui refuse toute vie affective, sexuelle et émotionnelle.

Même s’il existe actuellement du prêt-à-porter pour femmes fortes, les magazines de mode recrutent des mannequins filiformes. Beaucoup de jeunes filles sont en décalage par rapport à cette image idéale de la femme véhiculée par les top modèles. Elles ne se trouvent jamais assez belles, assez minces. Cela les conduit tout droit à l’anorexie.

Une affection endocrinologique ou une maladie neuro-cérébrale peuvent être également à l’origine de ce problème.
Suite à de récentes études effectuées, à l’université McGill (Montréal, Québec, Canada), la possibilité de la présence de certains gènes constituerait une voie intéressante dans les recherches visant à identifier la maladie ou sa présence potentielle. Cette piste reste encore à confirmer et les hypothèses psychopathologiques sont encore largement à développer.

Conséquences

Sur le plan physique
L’anorexie chez la jeune fille s’accompagne d’une irrégularité ou d’un arrêt total des règles. Plus la perte de poids est grande – jusqu’à 50% du poids normal – plus les conséquences sont dramatiques. Les carences alimentaires provoquent une perte des cheveux, une grande fatigue, des pertes de mémoire, des insomnies, une hyperpilosité, un décalcification et une détérioration générale des organes vitaux.

Sur le plan psychologique
L’anorexique est dépressive, repliée sur elle-même; elle peut devenir alcoolique ou toxicomane. En l’absence de psychothérapie, c’est vers l’inertie, le dépérissement et la mort que tend cet état.

Traitements

La personne souffrant d’anorexie doit être suivie impérativement par un médecin nutritionniste. Puis dans un deuxième temps, lorsque le poids est redevenu normal, la prise en charge du malade par un psychiatre est indispensable. En effet, au moment de la reprise de poids, les angoisses vécues par l’anorexique sont très violentes et seul un soutien psychologique peut lutter contre cet état. Une thérapie familiale est souvent recommandée. Une coupure momentanée avec le milieu familial permet à la jeune fille d’acquérir un peu d’autonomie et de se créer d’autres relations.

Les anorexiques nient leur pathologie ce qui les conduit à un refus de soins. Dans bien des cas, les malades sont traitées en ambulatoire, lorsque leur survie est en jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *