Définition simple du développement durable

Le développement durable, le mot à la mode dans les milieux environnementaux, est largement méconnu. Elle ne peut se produire que dans une société qui peut apprendre de ses erreurs dans la gestion des ressources naturelles. Cet article offre à nos lecteurs un recul sur les enjeux contemporains.

Le développement DURABLE est devenu le nouveau slogan. Toutes les agences internationales – de la Banque mondiale à l’UNICEF – et presque tous les pays en parlent. Mais, qu’est ce que ça veut dire ?

Pour les écologistes, le développement durable dénote un changement radical par rapport au passé. Mais comme le dit une blague occidentale, le développement durable pour les entreprises multinationales, dont beaucoup ont également adopté le concept, signifie simplement « croissance soutenue » ou « bénéfices soutenus ». Chaque agence a désormais sa propre définition du développement durable.

« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». C’est une définition proposée par la célèbre Commission mondiale sur l’environnement et le développement dans son rapport Notre avenir à tous. Les économistes ont également fourni une définition du développement durable comme étant un processus économique dans lequel la quantité et la qualité de nos stocks de ressources naturelles (comme les forêts) et l’intégrité des cycles biogéochimiques (comme le climat) sont maintenues et transmises aux générations futures sans être altérées. . En d’autres termes, il n’y a pas de dépréciation du « capital naturel » mondial, pour emprunter un concept à la comptabilité financière.

Mais, quelle est la substance opérationnelle derrière de telles définitions ? Qui va garantir les droits des générations futures quand, étant donné le monde très divisé dans lequel nous vivons, une grande partie de la génération actuelle ne peut pas répondre à tous ses besoins. Dans un tel contexte social et politique, les définitions ci-dessus omettent également de dire à qui l’on cherche à protéger et à préserver les besoins des générations futures. Parlons-nous seulement des générations futures des riches ou aussi des pauvres ? Ces définitions sont toutes, au mieux, rhétoriques et floues.

L’éminent économiste indien Sukhamoy Chakravorty, dans une conférence qu’il a donnée au Centre pour la science et l’environnement quelques semaines avant sa disparition, avait souligné que le succès de l’expression « développement durable » réside dans le fait qu’elle ne dit rien de précis et , par conséquent, signifie n’importe quoi pour n’importe qui. Pour une entreprise forestière, cela peut signifier des projets soutenus ; pour un économiste de l’environnement, cela peut signifier des stocks soutenus de forêts naturelles ; pour un écologiste social, cela peut signifier une utilisation durable de la forêt ; et, pour un environnementaliste, cela peut signifier un patrimoine propre pour nos enfants. Mais la confusion ne peut certainement pas être plus productive que la clarté.

Plus que ces pieuses définitions, il est important de comprendre le contenu politique du développement durable. La durabilité ne peut jamais être absolue. Une société qui apprend plus vite de ses erreurs et rectifie son comportement sera invariablement plus durable qu’une autre société qui prend plus de temps. Et une société qui ne parvient pas à intégrer les leçons de ses erreurs dans ses comportements, même après avoir atteint le point d’irréversibilité, est évidemment une société qui poursuit un processus de développement totalement insoutenable. Apprendre de ses erreurs est crucial pour le processus de développement durable car aucune société – aujourd’hui, demain ou jamais dans le futur – peut prétendre être si bien informé qu’il gérera et utilisera toujours ses ressources naturelles d’une manière parfaitement écologique. Ce sera toujours une quasi-impossibilité. L’évolution des conditions sociales, politiques, culturelles, technologiques et écologiques exercera de nouvelles pressions sur la base de ressources naturelles et la possibilité de son utilisation abusive ou excessive subsistera toujours. On peut donc soutenir que le développement durable sera le résultat d’un ordre politique dans lequel une société est tellement structurée qu’elle apprendra rapidement de ses erreurs dans l’utilisation de ses ressources naturelles et rectifiera rapidement ses relations homme-nature conformément avec les connaissances qu’il a acquises. Ce sera toujours une quasi-impossibilité. L’évolution des conditions sociales, politiques, culturelles, technologiques et écologiques exercera de nouvelles pressions sur la base de ressources naturelles et la possibilité de son utilisation abusive ou excessive subsistera toujours. On peut donc soutenir que le développement durable sera le résultat d’un ordre politique dans lequel une société est tellement structurée qu’elle apprendra rapidement de ses erreurs dans l’utilisation de ses ressources naturelles et rectifiera rapidement ses relations homme-nature conformément avec les connaissances qu’il a acquises. Ce sera toujours une quasi-impossibilité. L’évolution des conditions sociales, politiques, culturelles, technologiques et écologiques exercera de nouvelles pressions sur la base de ressources naturelles et la possibilité de son utilisation abusive ou excessive subsistera toujours. On peut donc soutenir que le développement durable sera le résultat d’un ordre politique dans lequel une société est tellement structurée qu’elle apprendra rapidement de ses erreurs dans l’utilisation de ses ressources naturelles et rectifiera rapidement ses relations homme-nature conformément avec les connaissances qu’il a acquises.

La question importante est donc : quel ordre politique conduira à des conditions qui encouragent une société à apprendre rapidement de ses erreurs dans l’utilisation de ses ressources naturelles ? Il est évident qu’une telle société sera une société dans laquelle la prise de décision est en grande partie l’apanage de ceux qui subiront également les conséquences de ces décisions. Si les décisions sont prises par une bureaucratie nationale éloignée ou une société transnationale d’utiliser une ressource particulière et qu’une communauté locale vivant à côté de cette ressource souffre du processus, il est peu probable que les décideurs changent rapidement leurs décisions. Mais si la ressource est surexploitée ou mal utilisée par une communauté locale qui en dépend pour sa survie,

La durabilité, par conséquent, ne découle pas de concepts flous comme le souci des générations futures, mais de problèmes politiques difficiles comme, un, les modèles de contrôle des ressources et, deux, les niveaux de démocratie au sein du groupe décisionnel. Plus grande sera la participation, l’ouverture et la démocratie au sein des membres du groupe décisionnel, plus grandes seront les chances de ceux qui souffrent au sein du groupe décisionnel – que la décision soit prise par une communauté ou une nation dans son ensemble – pour obtenir une audience équitable et des décisions modifiées en conséquence.

La durabilité exige donc la création d’un ordre politique dans lequel, premièrement, le contrôle des ressources naturelles repose dans toute la mesure du possible avec les communautés locales qui dépendent de ces ressources ; et, deuxièmement, la prise de décision au sein de la communauté est aussi participative, ouverte et démocratique que possible. Plus cela se produira, plus nous avancerons vers le développement durable.

Le fondement du développement durable est composé de la liberté et de la démocratie – un système de gouvernance qui donne la liberté à une communauté ou à une nation, dans un cadre social universellement accepté qui prescrit des sanctions pour nuire à une autre communauté ou nation, de contrôler l’utilisation et la gestion des ses ressources naturelles afin qu’il puisse déterminer sa propre voie de développement économique et social. Chaque société expérimentera et apprendra de ses propres erreurs. Le développement durable ne peut pas être impulsé par un agent extérieur – qu’il s’agisse de la Banque mondiale, des Nations Unies ou du département forestier d’un gouvernement – simplement parce qu’il croit, à tout moment, avoir tiré toutes les leçons sont à apprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.