Différence Entre Agrosystème Et écosystème

Différence Entre Agrosystème Et écosystème

On peut comprendre par agroécosystème tout type d’écosystème modifié et géré par des êtres humains dans le but d’obtenir de la nourriture, des fibres et d’autres matériaux d’origine biotique (Gómez Sal, 2001).

La principale différence entre agroécosystèmes et écosystèmes (peu intervenus) repose sur leur dépendance à l’égard de la gestion humaine pour assurer leur fonctionnement : production, fertilité, cycle de l’eau, relations entre animaux et plantes, maintien de la qualité des sols, etc. Cela leur donne leurs caractéristiques propres et originales : agrobiodiversité, régulation culturelle, infrastructures et paysage agricole. Par conséquent, le rôle et l’importance de l’être humain, à la fois en tant qu’espèce biologique (consommateur), transfert d’énergie et de matériaux, et dans son aspect culturel, dans la structure et le fonctionnement des agroécosystèmes est incontournable et incontournable.

Les agroécosystèmes (y compris les usages agricoles et d’élevage) couvrent plus de 60% du territoire espagnol. La proportion la plus élevée correspond à la catégorie « Terres arables et cultures permanentes », qui représente 31,6 % de la superficie du pays. Dans ce grand ensemble de terrains, deux des types généraux d’agroécosystèmes sont inclus : les systèmes avec des composantes ligneuses dominantes (principalement des oliveraies et des vignobles) et des cultures herbacées.

La catégorie suivante d’occupation des sols est celle des « Prairies et zones agricoles hétérogènes », qui correspondent à des types d’agroécosystèmes fondés davantage sur la gestion de la biodiversité (paysages réticulés, vergers traditionnels et polycultures). Il est d’environ 18,7 %.

Enfin, la catégorie « Prairies et garrigues naturelles », qui ne sont que partiellement des agroécosystèmes (cas des sylvopastoraux et
prairies de montagne abondantes) représente 17,6 %.

Les agroécosystèmes sont l’usine dans laquelle la biodiversité induite par l’action humaine, l’agrobiodiversité, est générée et maintenue. Sa composition comprend les races bovines, les variétés de plantes cultivées, les variétés et types de plantes existant dans les pâturages et les prairies, ainsi que les paysages culturels associés aux usages agricoles.

Les services d’approvisionnement essentiels qui dépendent de l’agrobiodiversité, au-delà de l’importance d’avoir une nourriture abondante et variée (sécurité d’approvisionnement), incluent le patrimoine génétique et la sécurité alimentaire. Ces deux dernières fonctions sont fortement menacées par le développement de systèmes intensifs (dépendance aux semences et variétés commerciales, organismes génétiquement modifiés (OGM) par exemple pour l’alimentation animale, utilisation disproportionnée de produits agrochimiques en santé végétale ou en alimentation animale avec des produits pouvant poser un risque pour la santé humaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *