Est ce qu’on vieillit de mieux en mieux dans les pays occidentaux ?

Est ce qu'on vieillit de mieux en mieux dans les pays occidentaux ?

Il faut savoir que si l’espérance de vie est passée de l’âge de 35 ans en 1800 à celui de 80 ans en moyenne aujourd’hui, cela veut dire que près d’un tiers de la population française a plus de soixante ans. Autre grande nouvelle, une fille sur deux qui naît de nos jours a une chance de devenir centenaire. Avec l’allongement de la durée de vie, beaucoup d’éléments ont changé. Autrefois, la retraite était le signe que la personne était épuisée et ne vivrait plus bien longtemps, alors qu’aujourd’hui, les retraités, appelés aussi les « seniors » constituent une tranche d’âge très active. Les gens de plus de soixante ans ont un bagage génétique qui peut agir sur leur santé, mais c’est surtout leur mode de vie qui fait la différence, manger sainement et faire de l’exercice physique aident à bien vieillir. L’apparence a également une grande importance dans les relations avec les autres dans notre société qui voudrait que tout le monde soit jeune et beau. Les plus âgés peuvent garder une allure d’adulte, sans se ridiculiser en voulant faire jeune à tout prix. Si l’on peut cacher ses cheveux blancs sous une teinture, les rides par contre se voient, mais si ce sont des rides de sourire, le mal n’est pas bien grand…

On se pose également souvent la question de l’âge d’un couple. Comment vieillir à deux sans se lasser ? Le risque de l’ennui et la perte du désir sont des écueils à éviter si l’on ne veut pas finir tout seul. Il faut donc cultiver la qualité de l’échange, maintenir son intérêt pour l’autre et essayer de ne pas le décevoir. Avec l’âge, arrive également la peur de la mort et de la souffrance. Mais si le combat est perdu d’avance, il n’empêche qu’il faut le mener.

L’une des caractéristiques de la vieillesse est qu’elle est source de renoncement et que l’on profite mieux des plaisirs de l’instant. Si l’on se voit obligé de restreindre son champ d’action, on peut en revanche savourer ce qui nous procure du bien-être. D’après Jean-Louis Servan-Schreiber, directeur de Psychologie magazine et sexagénaire lui-même, avec l’âge, on vit moins dans l’avenir mais l’on savoure mieux l’instant présent, passant, d’après lui « de la boulimie à la dégustation ». Après la vie de l’enfance et de la jeunesse, puis la vie de l’adulte, on entame ensuite une troisième vie, phénomène récent mais vite repéré par les publicitaires. Les loisirs et les cadeaux sont les premières sources de dépenses des personnes prenant de l’âge, sans compter les sommes d’argent qui circulent parfois pour aider « le petit ou la petite »… Tous ces comportements sont étudiés avec soin par des chercheurs qui tentent de définir plus précisément le mode de cette troisième vie. L’enjeu est de taille quand on sait que l’être humain est programmé pour vivre cent quarante ans, s’il n’est pas victime avant d’un accident ou d’un problème médical.
vieillesse pays occidentaux

Tout le reste se passe dans la tête, si l’on se sent jeune, on le paraitra autant à trente ans qu’à soixante. La vitalité, le dynamisme et la faculté de savourer l’instant présent sont des cures de jouvence à utiliser sans modération pour profiter de son temps. Autrefois, un dicton disait « si jeunesse savait, si vieillesse pouvait… », de nos jours, on peut savoir et pouvoir encore, pour peu que l’on y croit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.