Comment trouver le point G ?

Le point G est une zone fortement érogène dont l’existence est reconnue par la plupart des sexologues. Son efficacité quant à elle pour augmenter le plaisir sexuel est sujette à controverse.

Le point G aussi appelé point de Gräfenberg ou zone de Gräfenberg a été découverte en 1950 par Ernest Gräfenberg, le premier sexologue à avoir mené une étude scientifique poussée sur le plaisir féminin. Il désigne une zone érogène située sur la partie antérieure du vagin. Elle correspond aux glandes de Skene (prostate féminine).

Cette zone est selon les sexologues plus sensible à la stimulation sexuelle que le reste du vagin. Si son existence est établie et confirmée par de nombreux spécialistes, son influence sur le déclenchement de réactions sexuelles intenses propices à la montée de l’orgasme est sujette à controverse.
Paradoxalement, aucune étude clinique n’est venue infirmer ou confirmer le rôle supposé de cette zone dans le plaisir sexuel féminin. Les rares études menées sur le sujet se cantonnent à des observations sur des échantillons extrêmement faibles et donc absolument pas représentatifs.

Malgré ce manque étonnant de vérification scientifique, le point G est considéré comme le principal foyer d’excitation sexuelle chez les femmes en dehors du clitoris. Au sein du grand public, le point G a été popularisé par un livre sur la sexualité humaine «The G-Spot and other discoveries about human sexuality », d’Alice Ladas, Beverly Whipple, John Perry et Shere Hite datant de 1981. Depuis la parution de cet ouvrage, le concept du point G a envahi tous les magazines féminins sans plus de fondement.
Sachant que l’acte sexuel chez la femme fait intervenir de nombreux facteurs physiques et psychologiques, pour la plupart des orgasmes, l’identification claire du rôle de chaque stimulation est difficile à prouver.

Le point G en pratique

Si le point G est souvent présenté comme une exclusivité féminine, bon nombre de sexologues attestent de son existence également chez l’homme.

Pour ce qui concerne plus spécialement la femme, le point G se présente sous la forme d’une petite boule de moins d’un centimètre au repos qui s’étend en cours de stimulation. Cette zone est située sur la face antérieure du vagin entre 1 et 4 cm de profondeur. La stimulation du point G le fait gonfler et provoque pour les femmes les plus sensibles des sensations intenses qui favorisent la montée de l’orgasme.

Chez l’homme, par analogie avec la zone prostatique féminine, les sexologues admettent l’existence d’un point G masculin. Il serait situé près de l’urètre et de la prostate sur la paroi antérieure à l’intérieur du rectum.

Selon les sexologues, certaines positions sexuelles seraient plus propices à la stimulation directe du point G. Chez la femme, la position la plus « efficace » serait celle dite du missionnaire décrite par le Kamasutra. L’effet de stimulation est augmenté si lors de la pénétration, la femme pose les jambes sur les épaules de son partenaire.
Chez les hommes, la stimulation du point G masculin peut s’obtenir en passant par l’anus.

Le saviez-vous ?

Selon les anatomies, le point G chez la femme peut atteindre l’ensemble de la paroi antérieure du vagin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *