métropolisation définition

Résumé

La métropolisation est définie comme le processus par lequel des régions urbanisées institutionnellement, fonctionnellement et spatialement fragmentées s’intègrent en tant que systèmes métropolitains cohérents. Ce nouveau cadre est caractérisé par trois notions : inversion, multiplexité et convergence. L’inversion change la perspective dominante des villes se dissolvant en régions urbaines (la « régionalisation de la ville ») vers des régions urbaines se consolidant en villes extensives (la « citification de la région »). La multiplexité examine ce processus comme une interaction continue de facilitateurs et d’inhibiteurs d’intégration entrelacés spatiaux-fonctionnels, politico-institutionnels et culturels-symboliques avec des effets qui se chevauchent. Convergence souligne les distinctions floues entre des concepts qui appartenaient autrefois soit à l' »urbain » soit au « régional ». Cet article explore la généalogie multilingue de la métropolisation, discute de sa capacité à comprendre l’urbanisation contemporaine et examine ses implications pour la théorie et la politique.

Introduction

De nombreuses villes autrefois distinctes sont de plus en plus intégrées dans des régions urbanisées plus vastes, qui connaissent des processus de restructuration et d’intégration à grande échelle des activités économiques, des formes spatiales et des arrangements institutionnels. De telles transformations se produisent principalement dans des territoires caractérisés par une urbanisation extensive, sans doute le mode dominant de développement urbain des sociétés capitalistes contemporaines (Brenner, 2013). L’urbanisation extensive est un terme générique utilisé pour désigner une variété de processus de transformation qui traversent, remodèlent et rassemblent des espaces anciennement configurés comme des catégories mutuellement exclusives, telles que « urbain », « banlieue », « rural » ou « naturel ».

Plus qu’un processus à sens unique d’urbanisation de ce qui n’était auparavant pas urbain – une hypothèse centrée sur la ville qui prédomine souvent dans la recherche et la politique (Brenner & Schmid, 2014) – ces développements dénotent une convergence progressive des aspects physiques, fonctionnels et socio-économiques. caractéristiques des espaces habités par l’activité humaine. Le résultat est un « champ urbain » généralisé, dense et consolidé dans certaines régions, dispersé et incomplet dans d’autres, mais construisant un continuum de plus en plus intégré, dont les éléments diffèrent plus en degré qu’en nature et où différents endroits dans le champ d’influence de l’autre se tissent. ensemble et interagir. Cet article se concentre sur les facilitateurs et les inhibiteurs de ce processus d’intégration. Ils impliquent le plus visiblement des processus spatiaux d’expansion, de coalescence, de redistribution et de mise en réseau des formes et fonctions urbaines, mais évoluent en interaction avec les changements politico-institutionnels portés par divers organes et réseaux de gouvernance, ainsi que des aspects culturels et symboliques redimensionnant les villes. identités et perceptions du lieu. Nous catégorisons ce processus à long terme, entrelacé et tripartite sous le concept de métropolisation (Cardoso, 2016 ; Meijers et al., 2014).

Cet article passe en revue une série de manifestations réelles de la métropolisation. Les objectifs sont de contribuer à la consolidation du concept, de discuter de sa capacité à comprendre l’urbanisation contemporaine et d’examiner ses implications pour les politiques. Nous évaluons d’abord les dilemmes conceptuels de l’urbanisation extensive, en faisant valoir que les définitions des régions urbaines sont plus utilement circonscrites autour de trajectoires de changement communes que des caractéristiques et des limites physiques prédéfinies. Nous montrons ensuite que nombre de ces changements constituent des processus d’intégration territoriale selon plusieurs dimensions, et discutons pourquoi permettre cette intégration est devenu un objectif politique dans de nombreuses régions. Pour comprendre ces processus, nous passons en revue la généalogie de la métropolisation, qui a été définie de différentes manières, et étoffons une reformulation en rassemblant la littérature de diverses traditions académiques et langues dont le chevauchement n’a pas encore reçu suffisamment d’attention.

Pour aider à clarifier le concept et en quoi il diffère d’autres conceptions de l’intégration des régions urbaines, la discussion sur la métropolisation s’articule autour de trois concepts principaux :

1. Inversion,

puisqu’on passe de l’idée de « régionalisation de la ville » à celle de « citification de la région ». Compte tenu des schémas morphologiques et fonctionnels diffus de nombreux territoires urbains et de la nécessité de surmonter la sélectivité spatiale persistante des débats sur leur définition et leur avenir, les régions urbaines peuvent être représentées par des concepts zonaux de « champ » aux côtés de concepts nodaux de « réseau » – la métropolisation sort donc de l’imaginaire spatial de la polycentricité. Plutôt que de considérer les villes comme se dissolvant en régions urbaines, nous nous demandons ce qui se passe lorsque les régions urbaines se consolident en villes étendues.

2. La multiplexité,

car nous montrons que la dimension spatiale-fonctionnelle visible de la métropolisation est inséparable et étroitement liée aux processus simultanés de transformation politico-institutionnelle et culturelle-symbolique. L’interaction de ces dimensions dans l’espace et le temps peut être un stimulus ou une barrière au processus de métropolisation. Nous illustrons cette co-évolution et ses relations de rétroaction et soutenons qu’elle rend la métropolisation dépendante du contexte, contingente et dynamique. En conséquence, les processus historiques à long terme que les chercheurs mobilisent rarement pour étudier l’échelle des régions urbaines acquièrent une nouvelle pertinence.

3. Convergence,

puisque nous soutenons que la métropolisation illustre la confluence des thèmes « urbains » et « régionaux », non seulement en ce qui concerne les préoccupations théoriques mais aussi les défis politiques et les outils de planification. La longue histoire de l’urbanisation au-delà du repère hérité de la ville justifie de s’écarter des modèles qui laissent intactes les distinctions catégoriques entre les types et les échelles d’un lieu. En coupant à travers les catégories, la lentille de la métropolisation peut analyser les processus d’intégration qui se déroulent à l’échelle des régions urbaines et aider à envisager des stratégies visant à exploiter ces processus.

La perspective de la métropolisation

Ces transformations spatiales, fonctionnelles, sociales et institutionnelles portent et contraignent à la fois les processus d’intégration des territoires urbains. Pour les comprendre, nous recourons au terme de métropolisation. Dans une définition courte, la métropolisation fait référence à la série d’événements à travers lesquels des régions urbanisées institutionnellement, fonctionnellement et spatialement fragmentées s’intègrent selon diverses dimensions et émergent comme des systèmes connectés à une échelle spatiale plus élevée. . Cette section examine les mécanismes qui sous-tendent cette intégration et leurs implications.

Premièrement, il est important d’expliquer pourquoi la formation de régions urbaines intégrées est devenue non seulement une préoccupation de recherche mais aussi un objectif politique souhaitable. Les avantages socio-économiques résultant d’une intégration plus étroite et plus profonde se résument à la capacité d’exploiter conjointement une plus grande masse urbaine pour débloquer de plus grandes économies d’agglomération, tout en atténuant les retours négatifs d’une concentration excessive d’activité dans un seul grand centre (Camagni et al., 2016 ; Glaeser et al., 2016). Une population plus importante et une fragmentation institutionnelle plus faible sont positivement associées à la productivité économique (Ahrend et al., 2015 ; Melo et al., 2009), tandis qu’un plus grand nombre, une plus grande qualité et une plus grande variété de fonctions urbaines améliorent l’attractivité du lieu pour les personnes et les entreprises (Burger et al., 2015, Glaeser et al., 2001). Compte tenu de ces associations positives, la captation de la masse et de la diversité démographique-fonctionnelle supplémentaires réparties sur le territoire est une opportunité pour les régions de contrôler le champ où opèrent les économies d’agglomération et de contourner certaines de ses déséconomies, en tirant ainsi les bénéfices de l’échelle. Cette approche explore le potentiel des systèmes urbains interconnectés, où les économies d’agglomération ne sont plus confinées aux villes centrales et où différents endroits peuvent « emprunter de la taille » pour accéder à de plus grands avantages, à mesure que les ressources nécessaires fonctionnant à l’échelle de la région urbaine deviennent disponibles (Alonso , 1973 ; Burger et Meijers, 2016 ; Phelps et al., 2001).

L’intégration fonctionnelle et institutionnelle est cependant nécessaire, suite à des preuves que la somme de centres proches séparés n’atteint pas le même niveau d’avantages d’agglomération que ceux disponibles dans un seul centre de taille similaire (Meijers, 2008). Parr (2004) suggère que les flux de personnes, de marchandises et de connaissances ne se déplacent pas aussi facilement dans ces régions urbaines polycentriques que dans les grandes villes isolées : fragmentation spatiale et institutionnelle, déséquilibres fonctionnels, planification des transports non coordonnée, marchés du logement déconnectés, investissement public biaisé, peu la coopération entre les autorités locales et l’absence d’une identité commune rassemblant les personnes et les institutions autour de priorités partagées sont quelques-unes des lacunes des régions urbaines peu intégrées (Jenks et al., 2008 ; Lambregts, 2006 ; Nelles, 2013 ; Sweeney, 2016). En réponse, Meijers et al. (2018) trouvent des preuves que l’intégration a une influence positive constante sur la performance économique des régions urbaines et peut être une stratégie de développement souhaitable.

La généalogie de la métropolisation

Terme vaguement défini et utilisé dans plusieurs langues, la littérature a utilisé la « métropolisation » avec des acceptions différentes – démographique, économique, urbanistique, spatiale – et ancrée dans les débats européens. Le terme est la forme anglicisée de la « métropole » française dont la définition la plus courante désigne la concentration de fonctions, d’activités et de population dans les plus grandes aires métropolitaines. Le concept a émergé à la suite des tendances de croissance démographique dans les plus grandes villes détectées par le recensement français de 1990, et a prédit que les aires métropolitaines détacheraient de plus en plus leur profil économique et démographique du territoire restant et auraient des relations plus étroites avec d’autres grands centres dans le monde qu’avec leur propre arrière-pays.

Du point de vue de la géographie économique, ces processus sont fonctionnellement sélectifs et plus forts dans les services et les industries à forte intensité de connaissances (Kräkte, 2007). La métropolisation est une forme de restructuration urbaine avec « des relations polycentriques […] et la mise en place de nouvelles fonctions économiques dans les métropoles les plus attractives » (ESPON, 2012, p. 7). Cela introduit la polycentricité comme caractéristique déterminante de la métropolisation, ainsi qu’une convergence intra-régionale indiquant un processus d’intégration – la croissance se produit « non seulement dans la ville-centre, mais aussi au niveau régional au sein de l’agglomération métropolitaine et de la région » (ibid. ).

Des chercheurs néerlandais ont développé la notion connexe de « metropoolvorming », un concept de planification ambitieux autrefois appliqué à la Randstad néerlandaise, visant à transformer cette « ville désassemblée » faite d’une multitude de fragments urbains en une « ville assemblée » à l’échelle régionale, compte tenu de la cohérence. et l’urbanité dans de multiples dimensions par des synergies fonctionnelles, des liaisons de transport, des espaces naturels manipulés, des symboles d’identité culturelle et une gouvernance conjointe (Deltametropool, 1998). Le « Metropoolvorming » peut se produire à plusieurs échelles spatiales ; il ne s’agit pas seulement de Randstad mais aussi de petites villes dans des zones reculées qui renforcent leurs réseaux pour permettre de plus grands avantages d’agglomération (Meijers et al., 2012).

Cela résonne avec la littérature d’Europe du Sud, notamment le concept (spatial) italien de « metropoliszazione ». Les vastes territoires urbains de taille et de densité variables dans le nord de l’Italie, fonctionnant comme des entités spatialement et fonctionnellement intégrées mais ne se regroupant pas en nœuds polycentriques ou en structures hiérarchiques, invitaient à des descriptions de l’urbanisation régionale dès les années 1960 (De Carlo, 1962 ; Quaroni, 1967 ; Secchi, 1989), une tradition reprise par des chercheurs contemporains comme (Balducci et al. 2011 ; 2017). Ces savants ont évité les débats sur la « mort de la ville » et la « décentralisation, dispersion ou même déloyauté » (Balducci et al., 2017, p. 4) à ce qui comptait comme urbain, en y voyant une échelle multidimensionnelle, régionale. processus de ville en devenir, capable de ressentir les effets socio-économiques de l’agglomération urbaine sans concentration spatiale conventionnelle, et de bénéficier de stratégies de planification intégrées.

Le concept de métropolisation utilisé dans cet article relie l’analytique et l’ambitieux pour étendre tout ce qui précède : en explorant les processus d’intégration multidimensionnels, il entremêle relationnellement les dimensions politico-institutionnelles et culturelles-symboliques avec les changements spatiaux-fonctionnels dominant les définitions précédentes. De plus, en plus d’insister sur la façon dont une région urbaine devient un territoire intégré pour la vie et l’activité quotidiennes, il s’interroge également sur la manière dont elle acquiert des qualités citadines dans son ensemble et sur les stratégies d’aménagement qui y contribuent. Cela stimule une transition dans la théorie et la pratique à travers laquelle les qualités et les caractéristiques autrefois attribuées à l’espace de la ville sont reconstruites à l’échelle de la région urbaine. Nous nous appuyons sur ce point de vue pour introduire le premier trait distinctif de la métropolisation : l’inversion.

INVERSION : de la régionalisation de la ville à la citification de la région

Indovina (1990) souligne que l’attention portée à la dispersion urbaine a occulté le phénomène parallèle de métropolisation, c’est-à-dire la consolidation de l’urbanisation extensive comme nouveau processus de construction de la ville. Précédant Sieverts (1997), Soja (2011) et Brenner (2013), Indovina remet en question les hypothèses sur la perte apparente d’intégrité des lieux urbains causée par la « régionalisation de la ville ». Les villes conventionnelles sont en effet contestées mais le processus de métropolisation peut reconstruire des qualités citadines à l’échelle régionale : « La dispersion engendre la métropolisation du territoire qui, à son tour, empêche que la dispersion nuit à la vie individuelle et sociale ; sous certaines conditions, il peut même assurer la croissance économique et le développement social. (Indovine, 2014, p. 109). Les conditions incluent la reconstruction des sites et des dispositifs d’interaction spatiale, d’activité économique, de rencontre culturelle et de relations sociales, de sorte que les qualités qui définissent la ville soient présentes à travers les territoires urbains. De la même manière, Sieverts (1997) a plaidé en faveur de l’urbanité de la Zwischenstadt, des espaces « intermédiaires » ignorés, qui sont néanmoins des « domaines auxquels les gens se soucient » (Sieverts, 1997 : x). Le fait que cet argument ait été initialement traduit en anglais sous le titre de livre « Villes sans villes », illustre bien les difficultés à abandonner les idéologies enracinées du centre-périphérie.

La métropolisation met donc l’accent sur un processus de citification de la région, sans interpréter les villes comme se dissolvant dans une urbanisation informe. De l’agrégation et de la connectivité de fonctions, de personnes et d’activités dispersées, du réaménagement de plusieurs programmes et dispositifs urbains et de l’adoption d’outils de planification et de gouvernance intégrés, une ville plus grande, mieux équipée et plus diversifiée peut émerger à l’échelle de la région urbaine. , qui n’existait pas auparavant en tant qu’entité reconnaissable (c’est-à-dire qu’elle n’était pas « enfermée » dans le processus d’expansion d’une ville-centre ou qu’elle ne remontait pas à la simple somme de nœuds polycentriques). Les caractéristiques spatiales, fonctionnelles, symboliques et politiques qui définissent l’urbanité deviennent territoriales plutôt qu’exclusives de certains nœuds. Des idées similaires sont présentes dans le concept RUR (Piorr et al., 2011) et le manifeste Deltametropool Randstad (Deltametropool, 1998), discutés précédemment, ainsi que dans le concept de « ville des villes » utilisé par Nello (2001) pour analyser l’urbanisation. en Catalogne et par Balducci et al. (2011) à Milan : les qualités urbaines, les attentes et les événements habituellement réservés aux villes « propres » sont réaffectés en tout point du territoire, et l’imaginaire spatial correspondant de la ville est redimensionné pour la région urbaine. Peter Hall illustre ce changement en deux affirmations avec un intervalle de 8 ans :

« Le grand art […] ne peut se produire que dans un type de ville très particulier. » (Hall, 1998, p. 158) Cependant, …

« Je trouve cela extrêmement rafraîchissant, […] vous pouvez faire fleurir un théâtre non seulement au cœur d’une grande ville, mais aussi dans de nombreux autres interstices partout dans le monde. endroit, ce qui pour moi est terriblement encourageant. (Hall et Hall, 2006, p. 384)

Du réseau urbain au champ urbain

L’inversion implique que les formes et les flux urbains ne sont pas définis par, ou limités à, un ensemble prédéfini de nœuds de réseau (« centres urbains ») et leurs connexions, comme cela est courant dans la littérature sur la polycentricité. Leurs effets spatiaux et socio-économiques sont régionalisés et en partie détachés du clustering local, qu’il soit mono ou multicentrique (Soja, 2011). Par exemple, en termes de taille et de répartition des zones d’emploi, la principale caractéristique de 70 % des 356 zones statistiques métropolitaines aux États-Unis est la diffusion spatiale, certaines étant également relativement monocentriques et d’autres également relativement polycentriques (Hajrasouliha & Hamidi, 2017) . Dans la région urbaine polycentrique qui a popularisé le concept plus que toute autre, la Randstad néerlandaise, seul un tiers environ de la population de 7,5 millions vit réellement dans les quatre principaux nœuds qui « définissent » la région – même si la Randstad est connue pour un modèle urbain nettement compact par rapport à une urbanisation plus diffuse en Belgique, en Allemagne ou en Italie.

Considérant les réseaux comme un langage pour décrire autre chose, Van Meeteren choisit également de sauter la « fête des réseaux urbains » (Van Meeteren, 2016, p. 5), car ce langage est inadéquat pour les géographies où « il est difficile de démêler les nœuds des l’entre-deux » (Van Meeteren, 2016, p. 6), comme les « villes nébuleuses » belges couvertes par ses recherches. Le même cas peut être avancé pour une variété de lieux évoluant à travers des processus d’urbanisation extensifs. En effet, en prêtant attention à un ensemble de nœuds discrets et à leurs connexions et en réduisant les espaces intermédiaires à un arrière-plan, la lentille de polycentricité peut devenir trop sélective et ne pas capturer des éléments d’urbanisation importants, bien que non conventionnels (Gordon & Richardson, 1996 ). Certes, un réseau n’est qu’une façon de voir et on peut le rendre aussi serré que l’on veut, jusqu’à la juxtaposition des nœuds. Mais l’utilité du concept devient alors douteuse.

Ainsi, au-delà du passage des modèles monocentriques aux modèles polycentriques, l’urbanisation extensive peut être appréhendée par des concepts zonaux et nodaux, où les centres fonctionnels, morphologiques ou économiques sont des pics de densité, variables en caractéristiques et en intensité, dans un champ urbain généralement continu. Les domaines ont joué un rôle important dans ce que l’on a appelé la « révolution quantitative » de la géographie dans les années 1960, la rencontre de la géographie et de la pensée systémique issue de la science régionale (Angel & Hyman, 1972 ; Berry, 1964 ; Friedmann, 1978). Les concepts de champ ont emprunté des métaphores aux sciences naturelles, en particulier à la physique, qui revisitait alors la notion de « champ » comme une entité en soi, avec des caractéristiques intrinsèques mesurables et des effets émergents, plutôt qu’une simple fonction des particules (c’est-à-dire les « nœuds » ) qui le créent (Feynman, 1970). À travers cette lentille, le tissu des champs urbains varie plus en degré qu’en nature et est défini par un ensemble de processus communs régionalisés plutôt que par des caractéristiques physiques distinctes et localisées. Les effets fonctionnels, économiques ou environnementaux liés à l’urbanisation, par exemple, à la fois bénéfiques et préjudiciables, peuvent être considérés comme des fluctuations de « champs d’externalité d’agglomération », détachés des nœuds et des relations hiérarchiques dans un réseau (Burger & Meijers, 2016 ; Phelps et al. ., 2001). Morphologiquement, l’approche zonale est également cohérente avec les schémas inégaux mais continus visibles dans de nombreuses régions urbaines, qui reflètent leur organisation spatiale de type champ et l’arène réelle de l’activité métropolitaine. En tant que cadre d’élaboration des politiques, en rejetant les hypothèses sur les « nœuds » qui comptent plus que « l’arrière-plan », la lentille de champ réduit la sélectivité spatiale et aide à inclure les voix des personnes, des entreprises et des institutions opérant dans « l’entre-deux » dans les débats sur un avenir commun (Harrison & Heley, 2015).

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *